Etude posturale‎ > ‎

1- Leurs limites

Si certains paramètres comme la longueur de manivelle, peuvent être mesurés avec précision, la prise de cotes morphologiques est beaucoup plus délicate :
  • les 2 membres inférieurs sont différents
  • les points d'articulations ne sont pas identifiables 
Aussi, une prise de cotes, quelle qu’elle soit ne pourra que très difficilement avoir une précision supérieure à 5 mm (+/- 2.5 mm).

Ces erreurs de mesure peuvent par ailleurs avoir une conséquence plus ou moins importante sur le calcul de la hauteur de selle. Si elles sont cumulées dans la limite de 2.5 mm par cote, l'incidence peut être de 10 à 20 mm sur le calcul du positionnement de l'assise.

Afin de limiter ce risque d'erreur, il est par conséquent conseillé de faire plusieurs fois les mesures, de les réaliser à 2, de repérer les articulations au feutre directement sur la peau, de prendre des photos.

Trouver l'endroit précis d'une articulation ne se fait pas seulement de manière visuelle, mais également en palpant la zone. Ainsi, pour positionner l'articulation du genou, il faudra détecter au toucher la zone de contact entre le fémur et le tibia, jambe pliée. Le grand trochanter, quant à lui, sera trouvé en palpant le haut de la cuisse tout en levant ou baissant la jambe pour faire bouger la tête de l'os et ainsi en repérer l’extrémité.

Si le modèle mathématique est finalement relativement simple à construire, on comprend que la difficulté de l'étude posturale réside dans la précision de la prise de cotes. Aussi, la définition d'une hauteur de selle au mm près est impossible. Dans l'hypothèse ou la prise de cotes est idéalement réalisée avec une précision de +/- 2.5 mm et que certaines se compensent, on peut estimer une précision du calcul de l'ordre de 5 mm.

Cette précision est satisfaisante pour plusieurs raisons. Un écart de 2.5 mm en plus ou en moins ne devrait pas avoir d'incidence au niveau de l'efficacité du pédalage ou de l'augmentation dramatique des contraintes au niveau des articulations. Ceci est d'autant plus vrai que le creux de selle n'est pas non plus un point précis mais une surface de 10 à 20 mm. Enfin, chaque cycliste a une technique de pédalage, un positionnement du bassin, autant de composantes qui font que chaque individu a une stature unique et qui peuvent induire des variations que le calcul ne peut pas simuler.

C'est ensuite au cycliste, suivant ses sensations, d'affiner le réglage vers le haut ou vers le bas.
Comments