3- Analyser le profil

L'analyse graphique suivante a pour objectif d'aider à choisir le petit braquet à monter sur son vélo en prévision de la grimpée d'un col mythique du Tour de France.

A partir de données GPS, de données exportées d'Openrunner ou de tout autre système de cartographie, on peut tracer le profil de la montée (en bleu) avec une précision de 100 m. La pente de chaque tranche de 100 m est ensuite représentée sous la forme d'une barre verticale rouge. La courbe noir donne la pente moyenne sur 500 m (c'est la moyenne de 5 barres rouge).  Ces éléments caractérisent le col à monter.

Imaginons en suite une ligne horizontale verte qui représente le niveau d'intensité au seuil. Cette ligne correspond à un pourcentage de pente que l'on peut lire sur l'axe de gauche. Les zones où les barres rouge sont sous la ligne verte représentent une zone de confort relatif puisqu'elles pourront être gérées en-dessous du seuil. En revanche, les zones pour lesquelles les barres rouge sont au-dessus de la ligne verte représenteront un effort plus critique, au-dessus du seuil.

Comment positionner la ligne verte :
  1. La distance cumulée des zones avec une pente située au-dessus de la ligne verte doivent être raisonnable (3 à 4 km maximum ou 15' à 20' maximum).
  2. La longueur de chaque zone au-dessus de la ligne verte a son importance. On peut trouver 2 schémas : de nombreux passages mais relativement brefs ou très peu de passages mais beaucoup plus longs.
Exemple de l'ascension du Mont Ventoux par Malaucène :


La ligne verte est positionnée à 10%. 3.8 km ont une pente supérieure à 10%. Ce sont les km pour lesquels la barre rouge dépasse la ligne verte. Avec ce choix, on sait d'ores et déjà que la montée entre les km 10.5 et 14 seront les plus difficiles avec une courte période de répit (relatif) au km 12.5. Dans ce tronçon, les pentes sont parfois sévères. Il faudra avoir ravitaillé avant ce passage, le cas échéant. A partir du km 16 et jusqu'à la fin, l'ascension reste difficile, avec des sollicitations brèves mais intenses. Pour gérer cette partie, il faudra adopter autant que possible la vitesse à la pente. Attention au vent qui est souvent de la partie. Il peut modifier la difficulté.
Comments